Classification des fascias de la superficie vers la profondeur

Fascia superficiel et profond

 

Les fascias, de vastes nappes multidimensionnelles créant une continuité tensionnelle de la surface vers la profondeur 1.

 

1) A l’échelle macroscopique

 

Selon la classification d’ordre fonctionnel de Danis Bois, à l’origine de la thérapie manuelle des fascias ou fasciathérapie, on distingue 5 grands fascias primaires. Cette classification est proche de celle de Willard publiée en 2012 2.

 

a- Le fascia superficiel

Situé immédiatement sous la peau, il recouvre l’ensemble du corps jusqu’aux extrémités. Appartenant au système musculo-squelettique des membres et de la colonne vertébrale, il s’ancre sur les os superficiels 1.

Ce fascia est interconnecté avec les lames fasciales des autres fascias 1.

 

b- Le fascia locomoteur ou myotensif

Egalement nommé fascia axial périphérique antérieur et postérieur, ce fascia est un filet qui enveloppe et compartimente tous les muscles et pénètre à l’intérieur de ceux-ci. Il comprend également les tendons, les ligaments, les aponévroses et le périoste (membrane qui enveloppe la surface des os) 3.

 

Ce fascia est sensible au stress physique (entorse, tendinite) ou psychique. Quand il y est confronté, le fascia se crispe, le tonus musculaire augmente, le muscle est alors le siège de contractures et de douleurs. La fasciathérapie va libérer les tensions tissulaires, normaliser le tonus musculaire et ainsi diminuer la douleur et/ou les tensions psychiques 3.

 

c- Le fascia viscéral

Egalement nommé fascia axial profond, il compartimente, enveloppe et soutient les viscères thoraciques, abdominaux et abdomino-pelviens 1,3.

S’insérant à la base du crâne, il comprend jusqu’au périnée 1,3 :

  • La gaine viscérale du cou
  • Le péricarde (sac qui enveloppe le cœur)
  • La plèvre (fascia qui enveloppe les poumons)
  • Le péritoine (fascia qui enveloppe le foie, l’estomac, l’intestin, la rate, le pancréas, les reins)
  • Le périnée (fascia qui enveloppe l’utérus/la prostate, la vessie)

 

Ce fascia est très sensible à la peur, aux réactions émotionnelles et affectives. Sa crispation génère un sentiment d’anxiété et d’autres conséquences selon le compartiment concerné (ex : oppression thoracique, douleurs dorsales, douleurs digestives, troubles gynécologiques…) 1,3.

C’est sur ce fascia qu’agit la fasciathérapie viscérale.

 

d- Le fascia dure-mèrien

La dure-mère est le fascia qui enveloppe le cerveau et la moelle épinière. Elle crée une unité du crâne jusqu’au coccyx 3. C’est ce que l’on appelle couramment l’axe cranio-sacré.

Ce fascia est très sensible aux stress d’origine psychique, aux préoccupations, aux idées fixes. Lorsque ce manchon se rétracte, il perd sa fonction rythmique et crée de nombreuses perturbations. La personne qui en souffre éprouve une sensation d’étau, de « casque » et peut se sentir fatiguée. Peuvent aussi survenir des maux de dos, des maux de tête, des idées noires voire une dépression 3.

C’est sur ce fascia qu’agit la fasciathérapie crânio-sacrée.

 

e- Le fascia artériel ou adventiciel

 

C’est le tissu conjonctif qui enveloppe les artères qui est lui-même composé de 3 gaines :

  • L’adventice de nature fasciale
  • La média
  • L’intima

 

Ce fascia est très sensible aux émotions, aux affects et aux stress divers 3. En cas de stress, le tonus vasculaire se modifie, l’artère entre en état de vasoconstriction (elle se resserre). Le flux sanguin, normalement régulier, devient turbulent ou désorganisé et génère des phénomènes inflammatoires 3.

 

C’est sur ce fascia qu’agit la branche de la fasciathérapie dédiée au travail sur le système vasculaire ou « pulsologie ». Elle a pour effet de créer une vasodilatation, d’augmenter le débit sanguin, de diminuer les turbulences et en conséquence de permettre un retour au bien-être de la personne qui en bénéficie 3.

 

2) A l’échelle microscopique

 

A l’échelle cellulaire, les fascias poursuivent le continuum tensionnel avec les cellules par l’intermédiaire de la matrice extracellulaire (MEC) et des fibres de collagène dont ils sont constitués.

Il a en effet été montré que les forces de compression ou de tension qui s’exercent au niveau macroscopique au niveau des différents fascias cités précédemment se répercutent au niveau de la cellule par l’intermédiaire des fibres de collagène présentes dans la MEC. Cela conduit à une cascade d’événements pouvant influencer l’activité du cœur de la cellule où se trouve l’ADN 1,4.

 

Le système fascial, en plus « d’être le lien globalisant de notre structure vivante » comme le rapporte le Dr Guimberteau 5, est donc également pourvoyeur d’infinis messages dans les tissus.

 

 

Sources

 

  1. Martine Solento. Construire son corps avec l’ostéoéveil et la biotenségrité. Editions Sully 2016.
  2. Willard (2012). Visceral Fascia. In Fascia. In Fascia. The Tensional Network of the Human Body. The Science and Clinical Applications in Manual and Movement Therapy. Elsevier, Edinburgh. p.53-56.
  3. Eschalier I. La fasciathérapie. Editions Guy Trédaniel 2010.
  4. Kumka M et al. Fascia : a morpholocgical description and classification system based on a literature review. J Can Chiropr Assoc 2012;56(3).
  5. Guimberteau JC. Promenades sous la peau. Elsevier 2004.

 

  • Classification fonctionnelle des fascias (selon Danis Bois)
  • La matrice extracellulaire (MEC) et le cytosquelette cellulaire