La fasciathérapie MDB

 

« Une approche manuelle qui touche à la fois à la profondeur du corps et à celle de la personne »

Danis Bois, fondateur de la fasciathérapie.

 

Un toucher doux et sensible

 

Développée dans les années 80 par Danis Bois, kinésithérapeute et ostéopathe, la fasciathérapie MDB (Méthode Danis Bois) est une méthode manuelle douce, non manipulative qui vise, par le biais de pressions douces et lentes sur le corps, à décrisper et réguler la tension des fascias.

 

Au coeur du geste du fasciathérapeute : l'écoute tissulaire 

 

Le thérapeute entre en contact avec le patient avec les mains. Ce toucher, très doux et respectueux, lui sert à percevoir la vitalité des tissus, les rythmes, l’état de la matière, les immobilités, les blocages, les tensions, les densités, la qualité de la vascularisation.

 

Selon ce qu’il ressent sous les mains, le thérapeute applique un mouvement lent puis un point d’appui. Cet arrêt permet à la mobilité et à la sensibilité des tissus de se reconstruire. Les tensions qui pouvaient créer des blocages s’estompent, et la douleur, la souffrance associées s'atténuent.

 

Le rôle du fasciathérapeute : "accorder" le mouvement du corps du patient avec son vécu

 

Le fasciathérapeute, en libérant les fascias et en sollicitant les capacités d’autorégulation du corps :

  • remet l’organisme dans son mouvement intérieur naturel
  • permet de soulager les douleurs et les tensions
  • permet au patient de retrouver tonus et harmonie
  • permet au patient de développer la perception de son corps et de lui-même

 

Les mots de Marie de Hennezel(dans son ouvrage L'art de mourir) expriment très justement la qualité de la main du fasciathérapeute et le ressenti du patient. Je me permets d'emprunter ses mots : "Quand notre main se pose sur tel ou tel endroit du corps (...), elle peut s'approcher de telle manière que c'est presque la main qui parle et dit : "Je t'accueille et je suis là". Quand on touche quelqu'un de cette manière là, la personne sent qu'elle est rencontrée dans son être tout entier (...), elle a immédiatement une perception de son unité".

 

La fasciathérapie ne se substitue en aucun cas à un diagnostic médical.