Anne et Jonas

Thérapie - Paris Étiolles Evry 91— Psychocorporel, Gestalt massages, Bols tibétains, Access Bars - Nager avec les dauphins

Pour faire court, je dirai "allez-y, c'est une formidable expérience à recevoir et à offrir".
Mais comme cela est probablement trop rapide, je vais faire long.
Tout commence toujours par une rencontre. Une rencontre c'est quelque chose de décisif, une porte, un instant qui marque le temps.
Ou est-ce le hasard, si on veut bien croire que celui existe.
Ce voyage est d'abord une rencontre avec l'Égypte. 
Le Caire sous un ciel implacablement bleu, des murs ocres inondés de soleil. Une vieille publicité délavée sur le bâtiment très haussmannien de notre immeuble. Le troisième étage désuet où se niche notre Guest House et le sourire du manager. Tout, absolument tout, nous plonge dans l'univers méditerranéen d'Albert Cossery.
Après deux jours nous filons vers la gare Centrale des bus pour rejoindre Hurghada et notre rendez-vous.
Le bus est confortable, la route
droite et le paysage monotone. Mer à gauche, montagnes arides à droite.
D'énormes complexes touristiques donnent à penser qu'un jour, pas si lointain, l'Égypte a connu son heure de gloire. 
Hurghada est notre point de ralliement. Un mini bus cueille le reste de la troupe aux aéroports d'Hurghada et de Marsa Alam et nous conduit vers notre bateau. 
On ne sait pas trop ce que l'on fait, ni pourquoi on le fait, puisqu'on ne l'a jamais fait. Mais on y va.
L'arrivée au port nous remplit tous d'excitation. La mer scintille. Les bateaux tanguent mollement, tirant sur les boutes. 
Un trois mat en bois, d'une vingtaine de mètres nous attend.
Nous franchissons la passerelle d'un pas chancelant, les uns après les autres, un peu timides, un peu curieux, ou circonspects.
Ce voyage c'est aussi une rencontre avec une formidable équipe et nos facilitateurs Jean Guy et Audrey.
Il y a des sympathies parfois si réelles, que se rencontrant pour la première fois, on a l'impression de se retrouver.
Le Bateleur et l'Impératrice . Une main gagnante au tarot et un binôme génial sur l'eau.
Le lendemain nous larguons les amarres. Le port disparaît. Nous sommes tous, comme des enfants, le nez au vent.
Le bleu se déploie intense au-dessus et profond au-dessous.
Enfin nous ancrons notre bateau dans un lagon, protégé de la houle au milieu de la mer rouge.

Je redécouvre le plaisir de l'eau et la joie enfantine qu'offre une déambulation au-dessus des coraux. Poissons-clown, murène, napoléon, tortues, méduses. C'est juste féerique. 
Je n'avais jamais vraiment rêvé ou même imaginé nager avec les dauphins. Flipper, quand j'étais petite, c'était à la télé. Ou au mieux dans les sinistres bassins de Marineland.
Ils seront là tous les jours, navigants paisiblement entre deux eaux et toujours prêts à nous recevoir.
J'entends leurs gazouillis sifflés avant de les apercevoir.
Soudain je les vois, derrière, à droite, à gauche. J'ai cinq ans. Je tends la main. J'aimerais les caresser, mais la consigne est de ne pas les toucher. Et c'est tant mieux. Au fond je n'aime pas agir comme une hôte impudique.
Ils viennent nous regarder. Un oeil immobile transperce mon âme. De façon brève ou longue, c'est selon.
Ils sont attentifs, malgré leur puissance et leur vélocité et se mettent aux rythmes de nos corps patauds.
Au gré des jours, Jean-Guy en maître de cérémonie nous initie à l'apnée. Sébastien à la vie sous-marine. Audrey aux « Bars® » une technique de libération psychoénergétique crânienne, tout cela avec une joie contagieuse.
Sur le pont les visages se défroissent et s'illuminent d'un sourire chaque jour plus large.
Jean Guy offre une présence solide et rassurante, attentif à chacun. Il séduit et impressionne avec élégance. 
J'ai été charmée dès la première minute et Jonas mon fils l'a immédiatement adopté. 
Pour finir, six jours cela passe bien vite. On se quitte des étoiles dans les yeux en se promettant d'y revenir dès que possible.


Anne 52 ans et Jonas 16 ans

Semaine Dauphins et Bars 

11 au 18 juin 2016