La graphologie : empreinte du caractère

graphologie, graphologue, psychanalyste,

 

C'est à travers et par son caractère que l'homme pourra trouver et saisir le sens de sa vie comme le disait Mr Hérodote " le caractère de l'homme est son destin ".

Le penseur Mr Paul Ricoeur dans son livre " Philosophie de la volonté " confirme bien le concept d'immuabilité du caractère " je ne suis pas libre de changer de caractère mais , avec lui et par lui, j'ai une façon à moi de choisir et de me choisir, que je ne choisis pas. Mon caractère dans ce qu'il y a d'immuable n'est que la manière d'être de ma liberté ".

La Marquise Du Deffand écrivait à Mr De Voltaire: " je sais que c'est presque toujours notre caractère qui contribue à notre bonheur mais comme vous le savez, nous l'avons reçu de la nature ". Le poids des facteurs extérieurs déterminera la capacité de résistance du caractère et sa fragilité. Il est le critère fondamental sur lequel reposent les éventuelles problématiques comportementales face à l'affectation de la situation. Dans une même situation, chaque caractère aura ses modalités lui permettant de solutionner en fonction de la gravité de l'obstacle, de l'événement une réponse adéquate. La psychanalyse parle fort judicieusement de prédisposition voire de terrain pour expliquer certaines affections et désordres comportementaux.

Mr Lagache corrobore cette hypothèse: " tantôt le poids des facteurs biologiques est tel que des obstacles légers sont suffisants pour troubler le développement, tantôt le fond biologique est tellement bon que l'être humain se tire des pires situations ".
Le terrain constitutionnel devient ce référentiel explicatif des manifestations névrotiques. Le caractère s'actualise et s'exprime par la rencontre du milieu extérieur, ce milieu en tant que lien actif réagissant impose et déclenche des frustrations.

La psychanalyste Germaine Guex dans son livre " Névrose d'abandon " émet que le " problème central de cette affection réside presque toujours dans la prédisposition initiale qui rend l'individu incapable de s'adapter normalement et l'amène à un état morbide d'angoisse affective et de dévalorisation sans que nécessairement sa vie ait été plus difficile, plus dramatique qu'une autre….."  Bien des mères connaissent ces petits difficiles à élever, hypersensibles au moindre changement de voix, d'intonations ou d'habitudes. 

La caractérologie analytique vise à prétendre qu'il existe dès la naissance une structure, une ossature où s'actualisent des possibilités et des besoins différenciant les êtres entre eux. 
Comme le confirme Mr Gaston Berger " caractère et situation s'actualisent réciproquement. La situation fait " sortir " d'un homme ce qui, sans les circonstances, aurait pu ne jamais se manifester, inversement le caractère tire d'une même situation des effets différents ".

 

Interprétation de l'écriture ci-dessus

 

Tracé ayant une grande régularité, petit, vertical, peu rapide, le geste est pondéré tout cela dans un climat sous-vital.

L'intégration sociale de cette personne est malaisée, elle a une tendance marquée à se retrancher dans la solitude avec le sentiment de se sentir incomprise.

La structure de fond de son caractère semble indiquer l'aspect même de sa sensibilité vive, possédant une moindre résistance dans l'attaque, affectée par les échecs, elle peut être enclin à la rumination mentale pouvant devenir le facteur le plus fréquent à sa conscience . Les qualités morales ne font aucun doute chez elle. 

Il y a des êtres pour qui un événement, une situation, une émotion laissent au plus profond d'eux-mêmes une marque si ancrée qu'il leur est quasiment impossible de l'effacer, de l'oblitérer. Tout se prolonge, se continue, le passé, le présent et l'avenir s'entremêlent, se combinent. L'écriture ci dessus semble révéler que cette personnalité reste longtemps affectée par les événements.