Problèmes scolaires par réaction symptomatique à des problèmes affectifs....

graphologie, graphologue, écriture, étude graphologique, observation du graphologue

Lors de l’entretien, cette fillette est tendue, nerveuse, mais souriante(par défense. Elle bégaie de temps en temps, elle tremble des extrémités, notamment des mains, depuis le début de sa scolarité, malgré un niveau d'intelligence normal, et a encore de gros problèmes de lecture, malgré ses 13 ans. En examinant son écriture: Le geste est très maladroit, ceci s'explique par les tremblements(en partie du moins), l'écriture est arrondie (signe de vive affectivité) mais elle est en même temps redressée à verticale:(retenue de l'expression de l'affectivité. Le geste du tracé même est retenu, si on repasse le graphisme, on sent qu'il ne " coule" pas aisément vers la droite: l'enfant est mal à l'aise en société, se sent incomprise, isolée. C'est une enfant peu hardie, qui aurait besoin qu'on l'aide à s'exprimer, qu'on lui témoigne de la confiance et de l'affection. Elle a besoin de communiquer: la largeur de base des lettres est assez importante et le rapport largeur-hauteur tend vers la largeur. Cette communication, elle ne l'a pas. Elle se replie sur elle-même et nourrit sa rancœur: bon nombre des finales de mots sont arrêtées ou retournent légèrement vers la gauche: voir "n" de "son" et "n" de "élégan",dernière ligne. L'enfant est une intériorisée qui a besoin qu'on l'aide, qu'on l'aime. Examens psychologiques et entretiens confirmeront et expliqueront les indices relevés dans l'écriture de l'enfant. Seconde de 3 enfants, elle est en conflit permanent avec sa sœur et son frère. Elle est plus ou moins rejetée également par le père -peu présent d'ailleurs- car, dit la mère, "elle décroche souvent de la réalité". De ce fait, la communication avec la mère ne se fait pas non plus. C'est pourquoi elle considère sa mère comme agressive envers elle, car c'était sans doute la seule dont elle attendait une certaine compréhension.