Mon parcours

La rencontre la plus troublante est celle que je fais avec moi-même.

 

Qui suis je?

La curiosité et la soif de connaissance sont mon essence, le moteur de multiples expériences qui m'ont construite, réalisée. J’ai  toujours eu à cœur de comprendre le corps, de lui faire confiance et d’aller avec son mouvement plutôt que contre. J’ai donc très tôt imaginé sa dimension de guérisseur, ainsi que celle de la nature, des plantes. J'ai intégré foule d'informations concernant les possibilités de préserver un état de santé, j'ai lu beaucoup et expérimenté aussi.  C’est cette  soif insatiable,  intrinsèque à ma nature curieuse, qui me pousse à toujours essayer, ne jamais être limiter par les préjugés et conditionnements.

 

Les prémices

Mon expérience de coloriste a enrichi mes capacités à créer, sentir et écouter, elle m'a guidée vers la dimension subtile de l'énergie. Le choix d'une couleur est plus une question d'énergie que d'esthétique. Pour établir une gamme je m'appuie sur l'écoute et l'observation de la personne interconnectée à l'espace , l'environnement, les événements, c'est une approche holistique. J'apprécie aussi la dimension intuitive de  la couleur, qui est selon moi l'expression silencieuse de ce que nous sommes profondément.

 

Comment suis je devenue thérapeute?

En 2009 j'ai rencontré Chad Conner, acupuncteur, lors d'un traitement je lui ai confié être curieuse depuis mon adolescence de cette pratique ancestrale. Sensible au ressenti que j'avais de ces séances il a proposé de me former. Pendant 2 ans je l'ai suivi  avec ses patients. Puis j'ai intégré l'école Wu Wei, où j'ai étudié pendant 4 ans les fondements de la médecine chinoise et les méthodes d'acupuncture japonaise. Conjointement j'ai commencé à méditer, et fait plusieurs retraites au centre Dürckheim de Mirmande. Toujours insatiable je puise dans une source infinie de recherches,  notamment la philosophie des "remèdes floraux " du Dc Edward Bach, à laquelle j'ai été initiée par Alexandra Mikhalkova.
Cette plongée dans les principes du Yin et du Yang, la pratique de la méditation Zazen et mes recherches m'ont reliée à  ma nature essentielle, à d'autres sensations, et à une compréhension dédramatiser de ce que je "juger" être du mysticisme et que par peur je n'osais approcher.

Aujourd'hui la frontière entre mon métier de thérapeute et celui de coloriste n'existe plus vraiment, que ce soit avec les aiguilles ou avec la couleur, le lien, le fil que je peux tirer de toutes mes expériences est d'être là, de créer l'espace, de donner la possibilité à ce que quelque chose s'exprime et me guide. Amener l'autre à être créateur et à être en lien avec lui-même, son corps vivant, son environnement, son devenir.

Dans la douceur et la simplicité nécessaire à l'échange entre les Êtres, à l'expression de nos âmes, à l'harmonie.