Méditation zen et psychologie

 

L’ATTENTION

 

Le cerveau pendant zazen reste vigilant, l’attention se renouvelle d’instant en instant et les sujets gardent la capacité de réagir. Elle réduit l’effort pour rester attentif. On constate un épaississement du cortex dans les zones impliquées par l’attention.

 

 

LA DOULEUR

 

La méditation réduit les sensations douloureuses sans diminuer la sensibilité à la douleur, mais le désagrément est réduit.

 

 

ANXIETE ET DEPRESSION

 

La présence ouverte à ce qui survient d’instant en instant est un moyen de réduire l’effet nocif des ruminations mentales et du stress. Zazen régule le flot spontané des pensées en améliorant le contrôle des associations automatiques des idées. Cela réduit les symptômes dépressifs et la tendance au suicide.

 

 

GESTION DES EMOTIONS ET CREATIVITE

 

La méditation améliore le contrôle des émotions, consciemment au début puis automatiquement avec l’expérience. Elle développe un meilleur accès à l’information inconsciente qui favorise la créativité.

 

 

VIELLISSEMENT COGNITIF

 

La méditation réduit la baisse des facultés intellectuelles liée au vieillissement. Elle contrecarre le déclin cognitif lié à l’âge. Elle peut même accroître les capacités cognitives des adultes âgés.
 La méditation demande un détachement vigilant et un lâcher-prise qui sont nécessaires à la résolution des problèmes. Le recul ainsi obtenu permet de les ramener à leur juste valeur.