Pratiquer au sein d'un groupe

 

LE SOUTIEN

 

La spiritualité zen met l’accent sur la pratique collective, ensemble. C’est ensemble que nous évoluons, apprivoisons nos peurs, nos doutes ou nos envies. L’autre devient alors le miroir précieux de notre avancée sur la Voie du Bouddha.

 

De plus, la pratique collective de zazen dans un dojo a un effet extrêmement motivant et encourageant. Comme le soulignait le maître bouddhiste Taisen Deshimaru (1914-1982) : « C’est la différence entre un feu composé d’une ou de plusieurs bûches... » Le second réchauffera beaucoup plus longtemps...

 

Enfin, dans une société tendant à l’individualisme, retrouver le sens du collectif est sans doute l’une des plus belles solutions pour un avenir meilleur. 

 

 

LE SAMU

 

Pour s’intégrer dans un lieu de pratique et commencer ainsi à approfondir la voie du zen, il est conseillé après quelque temps de proposer son aide pour le samu : le travail bénévole fait dans un esprit de don et de concentration. En participant de près aux activités de l’association (nettoyage, cuisine, communication externe, gestion d’un site internet, travaux graphiques...), le nouveau pratiquant apprend à connaître les membres et recueille des informations précieuses sur la pratique du zen.

 

Le samu de par son aspect concret est l’une des grandes richesses de la pratique du zen. On pourrait également l’appeler « méditation en action ». Le samu permet en effet de pratiquer la concentration du zazen dans les activités quotidiennes et d’apprendre ainsi par exemple à travailler dans le calme.